Valeurs et visions de l'être humain

Traduit de l'original néerlandais par Pierre Madden

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me. It's easy.

Cliquer sur un des liens pour voir le texte complet de l'objection

  • La réciprocité est nécessaire pour la légitimité de l'État social et son soutien moral, de sorte qu'un revenu de base inconditionnel n'est pas basé sur la solidarité.

  • Le travail anoblit, le revenu de base rend les gens paresseux.

  • Avec le revenu de base, il ne vaut plus la peine pour les jeunes d'étudier.

  • De nombreuses personnes ne seront pas en mesure de faire face à la liberté que leur procure un revenu de base.

  • Le revenu de base entraîne une augmentation de la consommation d'alcool et de drogues.

  • Le revenu de base est mauvais pour l'émancipation des femmes.

  • Le revenu de base réduit la participation des femmes au marché du travail (par exemple, parce qu'elles restent à la maison pour s'occuper des enfants).

  • Les talents restent inexploités

  • Le revenu de base favorise la surpopulation

  • Les gens se voient toujours d'un meilleur œil qu'ils ne voient les autres de sorte qu'ils sont hostiles à accorder un revenu de base à une autre personne.

  • Il y a un groupe de resquilleurs, d'inadaptés ou de personnes antisociales qui va augmenter s'il y a un revenu de base pour tous.

  • Beaucoup sont exaspérés par le comportement des resquilleurs, des profiteurs et des personnes antisociales, qui ne méritent pas un revenu de base et tuent toute chance qu'il soit accepté.

Réciprocité

Explication

La réciprocité ou mutualité est nécessaire à la légitimité de l'État social et à son soutien moral.

Le soulagement de la pauvreté doit être conditionnel à un effort pour sortir de la pauvreté.

Lorsqu'ils le peuvent, les gens devraient s'occuper de leurs propres besoins de base (ce qui signifie habituellement un travail rémunéré). Il n'y a pas de droit au revenu ; c'est un droit positif (qui exige la participation des autres), et de tels droits sont injustes.

Beaucoup de gens n'acceptent pas d'avoir à travailler pour le revenu de base des autres, alors que ces autres peuvent rester à la maison (aucun soutien social / la solidarité est minée / le principe de réciprocité est important pour beaucoup de gens quand il s'agit de solidarité (cf: recherche de Paul de Beer)).

 

On tient mordicus à ce point de vue, dans plusieurs mouvements politiques et sociaux.

 

Réfutation 1

Pour mettre cela en perspective, il convient de noter que, dans la pratique, ce point de vue n'est pertinent que pour les adultes en bonne santé jusqu'à l'âge de la retraite.

L'exigence de réciprocité n'est pas faite aux enfants, aux malades et aux personnes âgées. Elle permettra également aux personnes ayant les moyens de se retirer de la demande de réciprocité.

En 2014, Kris Hardies a écrit une histoire éthique solide et bien réfléchie sur ce sujet (Une considération éthique du revenu de base).

Il commence par l'observation :

Les plaidoyers en faveur de l'introduction du revenu de base se heurtent à une grande résistance dans une société où la vertu de la productivité et l'éthique du travail prévalent.

 

Il s'attaque ensuite à un certain nombre d'arguments avancés par ceux qui sont en faveur du revenu de base et les sape complètement, car l'injustice est inévitablement le résultat de ces arguments :

En supposant un droit moral à une part égale des ressources actuellement mises à notre disposition " gratuitement ", l'introduction d'un revenu de base inconditionnel est justifiable.

 

Plus récemment, il y a un discours de Philippe van Parijs dans une interview de Rutger Bregman (ce philosophe réfute l'argument principal contre le revenu de base). Une citation :

 

On recommence par une simple question. Quelle part de nos revenus est due à notre propre mérite? Si je suis très généreux, je dirais 10%. Et le reste, nous le devons au contexte favorable dans lequel nous vivons. Aux technologies qui ont déjà été inventées, aux institutions qui ont déjà été fondées, au langage que nous parlons, à la famille dans laquelle nous sommes nés, aux dons de Mère Nature, etc.

Cela conduit à une justification beaucoup plus fondamentale du revenu de base. Ce n'est ni une faveur, ni une solidarité. Non, il s'agit d'une répartition équitable de ce que nous avons déjà reçu des générations précédentes.

Réfutation 2 (diagnostic)

 

La réciprocité présuppose une connexion. Cela présuppose l'unité. L'un influence l'autre. La réciprocité présuppose la coopération. La réception inconditionnelle de quelque chose n'est pas autorisée si l'objection est justifiée.

 

Le revenu est une question de moyens de subsistance. L'entretien de la vie, pour autant que je puisse voir, vient de la terre. La vie inconditionnelle serait hors de question à cause de cette réciprocité. Quelle est alors la contrepartie nécessaire que vous, moi et les autres devons à la terre pour notre pain quotidien, y compris l'air que nous respirons?

Le revenu de base rend paresseux

Explication

Le travail anoblit, le revenu de base rend les gens paresseux.

Le revenu de base encourage les gens à ne pas travailler, et les récompense. Ce n'est pas bon.

Le chômage entraîne les gens plus profondément dans la pauvreté : les gens doivent être sortis du chômage chaque fois que c'est possible.

Ce point de vue a été exprimé de manière éloquente dans un blog d'Erika:

"L'argent verticale ne fonctionne pas."

 

Mais tous les êtres humains ne sont pas des fourmis diligentes. Beaucoup ressemblent davantage à un crocodile de rivière. Ce reptile peut attendre paresseusement des mois pour la saison des pluies. Dès que la rivière coule à nouveau, il ouvrira sa gueule. Les poissons frais y sauteront alors d'eux-même sans effort de sa part.

Réfutation :

Le point de vue selon lequel les autres personnes deviennent paresseuses par rapport au revenu de base est largement répandu. Et en effet, souvent, cela ne s'applique pas à l'orateur lui-même, seulement aux autres...

Il s'agit d'un préjugé persistant qui n'a pas encore été confirmé de quelque façon que ce soit par des expériences ou des recherches.

 

Toutes les expériences menées jusqu'à présent indiquent que les gens vont faire plus. Pas toujours sous la forme d'un emploi rémunéré, parfois aussi en assumant des responsabilités de soins, en démarrant une petite entreprise ou en suivant une formation.

 

La pertinence de ces résultats pour l'introduction d'un revenu de base dans notre société peut être remise en question. Il est frappant de constater qu'il n'y a pas de confirmation de l'image d'une paresse croissante.

 

Également, une étude exploratoire de la Fondation Mies (avec bien sûr une représentativité limitée) demande: "Que feriez-vous si vous aviez un revenu de base demain?" n'appuie en aucune façon l'hypothèse d'une paresse croissante. 

Avec le revenu de base, il ne vaut plus la peine pour les jeunes d'étudier

Explication


Si votre argent vous tombe du ciel, pourquoi feriez-vous un effort ? Il y a tellement d'autres choses amusantes à faire pour une jeune personne...

Réfutation

 

Les expériences menées jusqu'à présent ont montré le contraire. Par exemple, l'expérience Mincome (Dauphin, Manitoba, Canada) montre que les jeunes continuent d'étudier plus longtemps.


Un revenu de base facilite la poursuite des études et, en plus, l'apprentissage tout au long de la vie.


Contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire, les gens ne veulent pas vivre dans l'inactivité, mais ils veulent s'engager dans des activités significatives, et cela est facilité par un revenu de base.

Le revenu de base donne trop de liberté; certains sont incapables d'y faire face.

Explication

 

De nombreuses personnes ne seront pas en mesure de faire face à la liberté que procure un revenu de base. Ils ont besoin d'une certaine contrainte pour aller travailler, et non pas parce qu'ils ne sont pas satisfaits de leur travail. Au contraire, ils se sentiront mieux au travail et pourront en faire plus pour la société.

Les personnes qui ne vivent que d'un revenu de base ne sont pas en mesure de choisir une vie saine et responsable (p. ex. choisir des produits biologiques/végétariens).

Un revenu de base réduit l'incitation à constituer un capital humain, par exemple par la formation, en particulier chez les jeunes générations : les jeunes choisiront plus souvent de petits emplois supplémentaires (au noir) sur leur revenu de base, profitant ainsi de leur niveau de vie relativement élevé et de beaucoup de temps libre (car les jeunes n'ont pas besoin d'autant d'argent), plutôt que de poursuivre leurs études.


Beaucoup de gens deviennent malheureux : la nécessité du travail dans la société d'aujourd'hui donne un sens à la vie pour beaucoup de gens.
Un groupe important de personnes qui ne vivraient que d'un revenu de base devient malheureux : on leur donne trop de liberté de choix, ce qui se traduirait par un sentiment de futilité ou d'ennui.

Le revenu de base crée plus de criminalité, parce que les gens ont le temps de se livrer à des activités criminelles et voudront le faire par ennui.

Les personnes qui ne vivent que d'un revenu de base sont plus susceptibles de consommer de la drogue (y compris l'alcool) pour échapper à l'ennui et au temps trop long (le chômeur désoeuvré souffre généralement de ce type de problème).

Réfutation 

 

Il est probablement vrai que, surtout pour les générations d'aujourd'hui, le travail rémunéré est une partie importante de la vie.


Cependant, une énorme quantité de travail non rémunéré se produit aussi, parfois par nécessité (comme de nombreuses formes de soins informels), souvent en tant que travail bénévole au vrai sens du terme.21


Les conséquences évoquées dans l'exposé des motifs révèlent une vision assez peu prometteuse de l'humanité. 


Les personnes qui soutiennent le revenu de base ne sont pas si lugubres à ce sujet. Bien sûr, après l'introduction d'un revenu de base, il faudra prêter attention à ceux qui ont du mal à choisir un mode de vie significatif, mais cela ne peut pas être un argument en faveur du simple maintien du système actuel de travail en partie inutile et qui comporte de nombreux contrôles et sanctions.

Le revenu de base entraîne une augmentation de la consommation d'alcool et de drogues.

 
 
 
 
 
 

Explication


Si vous avez assez d'argent, vous pouvez facilement le dépenser sur des choses que vous aimez, donc beaucoup ne pourront pas résister à la tentation d'investir leur argent dans le bonheur à court terme à travers les boissons et les drogues.

Réfutation


Dans de très nombreux cas, la consommation d'alcool et de drogues est une échappatoire temporaire à de mauvaises conditions.


Les expériences menées jusqu'à présent, par exemple dans de nombreux endroits en Afrique et parmi les mendiants à Londres, montrent que le fait de fournir un revenu mène à la recherche d'autres activités et à la réduction de la consommation d'alcool et de drogues.
Le revenu de base contribuera à prévenir une grande partie de la misère sociale et empêchera donc aussi le recours à l'alcool et aux drogues associées à cette misère.


Le revenu de base est mauvais pour l'émancipation des femmes.

 

Explication

 

En introduisant un revenu de base, il n'est plus nécessaire pour les deux partenaires de chercher un emploi rémunéré. Il est alors évident que les vieux schémas referont surface et que la femme assumera les tâches domestiques.

 

Réfutation

 

Ce point de vue ignore le fait que de nombreuses personnes ne vivent pas ensemble dans une relation et que, pour beaucoup, ce n'est que temporaire.
Le revenu de base offre aux hommes et aux femmes un tremplin égal sans dépendre financièrement l'un de l'autre.

Bien sûr, les modèles culturels ou les relations de pouvoir peuvent faire obstacle à des choix véritablement libres et donc à une véritable émancipation, or l'indépendance financière offre la possibilité d'y échapper tôt ou tard.

Pour une considération beaucoup plus nuancée, voir Féminisme et le revenu de base inconditionnel première partie et deuxième partie (en anglais).


Une observation frappante à cet égard est que l'idée de l'exploitation et la capacité de tirer profit d'un revenu de base par les bénéficiaires paresseux se concentre principalement sur l'éthique du travail rémunéré et les vertus du soutien de famille (masculin). Elle ignore l'énorme problème de l'exploitation et du resquillage au sein de la structure familiale traditionnelle. Dans ce contexte, les hommes profitent du travail non rémunéré de leurs partenaires sans aucun souci et ne font donc pas leur juste part. Pourtant, il est significatif que c'est la relation entre le surfeur sans emploi et le travailleur rémunéré qui domine la littérature, et non, par exemple, la relation entre l'homme paresseux et la femme travaillante.

Il est plus facile pour les hommes de choisir de travailler à temps partiel, ce qui dans tous les cas a un effet compensatoire.

Un revenu de base permet aux familles de planifier plus facilement une vie équilibrée.

 

 

Le Revenu de base est mauvais pour la participation des femmes au marché du travail.

Explication

Le revenu de base réduit la participation des femmes au marché du travail (par exemple, parce qu'elles resteront à la maison pour s'occuper des enfants).

Réfutation 

Vous pouvez imaginer deux contreparties à cette objection, à savoir dans quelle mesure cela est vrai et dans quelle mesure c'est mauvais.

Le Bureau néerlandais pour l'analyse des politiques économiques indique, entre autres choses, que l'on peut s'attendre à une réduction de la charge de travail d'environ 5 % chez les femmes ayant de jeunes enfants. Pour des raisons de commodité, ceci est souvent assimilé à une réduction de l'emploi si l'offre et la demande sont identiques! C'est peut-être un très bon développement si, comme beaucoup s'y attendent, la robotisation entraînera une réduction de la demande de main-d'œuvre rémunérée. 

 

On peut également se demander si les calculs économétriques qui en découlent sont valables en cas de changement aussi radical que l'introduction d'un revenu de base.

 

La question de savoir à quel point il est mauvais que les jeunes mères s'occupent de leurs enfants plus qu'elles ne le font maintenant est très idéologiquement chargée. Une réponse globale n'est probablement pas possible !


Il est clair, cependant, qu'un revenu de base facilitera également la prise en charge d'une partie des soins des enfants par les jeunes pères. 

 


Les talents restent inexploités

Explication


Cette objection a été soulevée par le parti de l'Appel chrétien-démocrate à la fin de 2016 en réponse à la question de ce qu'ils pensaient du revenu de base.

 

Réfutation 

Pourquoi les talents ne devraient-ils être inexploités que si l'on doit choisir un emploi rémunéré, par nécessité?

 

Il est très probable qu'en raison de la sécurité que procure un revenu de base, les gens seront plus enclins à choisir, contre rémunération ou non, des activités qui correspondent très bien à leurs talents.


Le revenu de base favorise la surpopulation

Explication

 

Si le revenu de base augmente la prospérité, moins d'enfants mourront de faim et la population mondiale augmentera.


En outre, un pays à revenu de base attirerait des immigrants.

Réfutation


Le contraire est vrai.


Plusieurs études ont montré que lorsque la prospérité augmente, le nombre d'enfants diminue.
Il semble juste que dans certaines régions ou en période de misère, avoir beaucoup d'enfants est une sorte d'assurance pour ses vieux jours.


Cela n'est plus nécessaire en l'absence de pauvreté, et la lutte contre la pauvreté est un des principaux effets du revenu de base.

Il faut reconnaître qu'un pays seul parmi ces voisins à avoir un revenu de base peut devenir si attrayant qu'il doit faire face à des flux importants d'immigrants.


Il va sans dire que la politique d'admission doit être conçue de manière à ce que cela ne se produise pas. 

 

Les gens se voient toujours d'un meilleur œil qu'ils ne voient les autres de sorte qu'ils sont hostiles à accorder un revenu de base à une autre personne.

 

Explication


Les comportements envieux sont fréquents chez l'homme (et même chez les animaux). Ils ne peuvent être contrôlés que dans une faible mesure par des vernis civilisés de nature plus altruiste.

 

Réfutation

Le fait que les gens veulent quelque chose que quelqu'un d'autre a et qu'ils n'ont pas eux-mêmes est un phénomène indéniable. Cela peut être évité dans une certaine mesure en s'assurant que tout le monde en a "assez", mais cela n'empêche pas la jalousie. Le revenu de base ne pourra pas empêcher ces sentiments, or, sans un revenu de base, ils seront là aussi. Un revenu de base suffisant pour subvenir aux nécessités de la vie réduira la pauvreté réelle et réduira ainsi l'incitation à agir pour obtenir des autres ce qu'ils n'ont pas ou ne peuvent pas obtenir eux-mêmes.
Le revenu de base facilite l'obtention d'une place acceptable dans la hiérarchie sociale.
 

Il y a un groupe de resquilleurs, de personnes inadaptées ou antisociales qui va grandir s'il y a un revenu de base pour tout le monde.

Explication

Tout le monde connaît quelqu'un qui ne veut ou ne peut rien apporter à la société.  Ces types qui, même avec un revenu de base, ne se mettront jamais à faire du bénévolat utile. Qui ne se consacreront ni au potager, ni aux amis, ni aux passe-temps, ni aux soins informels.  Pour les personnes qui la connaissent de près ou de loin, une telle personne est un argument extrêmement puissant contre le revenu de base.

Réfutation


Bien que ce désagrément est compréhensible, il est dommage de le laisser devenir le principe directeur de notre attitude.


Parce que c'est bien sûr beaucoup moins cher pour tout le monde et qu'il faut beaucoup moins d'énergie négative pour un tel cas désespéré, il vaut mieux le laisser mijoter dans son jus sans s'en occuper.

 
Il est utile de faire la part entre les émotions qui entourent cette contrariété et les faits.


Le nombre de fraudeurs réels n'est que de quelques pour cent au maximum, tant aux Pays-Bas que dans les pays voisins. Ce n'est donc pas grand-chose. Toute personne raisonnable accepterait une telle marge d'erreur.  On peut même se demander si ce pourcentage peut être considéré comme une utilisation abusive. 

 

Une fois que nous acceptons qu'un petit groupe ne peut pas ou ne veut pas être utile à la société, et que c'est une perte d'énergie que d'essayer de les changer, alors tout le monde comprend que, même avec ces personnes, un revenu de base est de loin l'option la plus efficace. Tant que nous pouvons surmonter ces sentiments puissants d'indignation de colère et de jalousie. 


Pour environ 2 % de la population active, rien ne peut être fait, comme on le sait depuis des décennies. Quelle que soit votre allégeance politique, rien n'y fait. Avec un terme dénigrant, nous faisons également référence aux résidus du marché du travail. Une société civilisée devra toujours soutenir financièrement ce groupe, en dépit de toute répugnance à le faire! L'avantage du revenu de base c'est qu'il n'entraîne pas de coûts bureaucratiques supplémentaires.


Beaucoup sont exaspérés par le comportement des resquilleurs, des profiteurs et des personnes antisociales, qui ne méritent pas un revenu de base et tuent toute chance qu'il soit accepté.

Explication

 

Le fait qu'il y a toujours des resquilleurs ou des personnes antisociales est probablement inévitable. Cela va trop loin lorsqu'on facilite leur comportement avec un revenu de base qui n'est pas du tout compensé. Si vous le fournissez quand même, il incite d'autres personnes à adopter le même mauvais comportement.

 

Réfutation

 

Il y a toujours eu (et il y aura toujours) des gens qui voient une opportunité de bénéficier des fruits de la terre et des efforts des autres, sans contribuer activement à la prospérité de la société. Parfois, nous le supportons volontier, comme dans le cas des enfants et des personnes âgées. 
Nous l'acceptons aussi pour les personnes qui ont beaucoup d'argent (quelqu'en soit la source). Cependant, nous semblons exiger la réciprocité des autres et nous sommes prêts à déployer de sérieux moyens de contrôle et de sanction afin de prévenir les abus.


Il vaudrait mieux tourner la page et prendre ce petit groupe pour acquis.

 

L'essence du revenu de base est qu'il est accordé sans discrimination morale, économique ou sociale. Quelqu'un qui n'a pas envie de travailler le recevra aussi, et c'est effectivement une énorme injustice pour plusieurs.


L'idée que le système actuel incite les gens à travailler utilement repose sur plusieurs fausses hypothèses. On peut s'attendre à ce qu'un revenu de base entraîne l'entrée sur le marché du travail d'un plus grand nombre de personnes que ce n'est le cas actuellement, qu'elles suivent une formation ou poursuivent un objectif social utile.


Peut-être que le milieu immédiat peut les inciter à participer activement à leur environnement. Des programmes spécifiques peuvent également être nécessaires pour soutenir certaines de ces personnes. Or il y a beaucoup d'effets secondaires indésirables si cela est fait par ou au nom du gouvernement par le biais de sanctions financières, par exemple en retenant des prestations ou un revenu de base.

 
 
 
 
 
 
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© 2017 par Pierre Madden cell: 514 238-0044