Une pièce pleine d’eau

 

SCOTT SANTENS le 27 juillet 2020

 

Pourquoi ç’a du sens de verser un revenu de base même aux plus riches.

 

Vous voulez même donner un revenu de base aux riches ! Cela n’a aucun sens, car ils n’en ont pas besoin, cela coûtera plus cher et vous ne les taxerez que pour leur en redonner.

 

C’est une réaction fréquente à l’idée de fournir à chacun un revenu de base inconditionnel. Oui, pour tout le monde. Cela signifie que même Bill Gates recevra $1 000 par mois.

 

Pourquoi ?

 

L’analogie de la pièce qui se remplit d’eau

Imaginez que vous entrez dans une pièce remplie de 1000 personnes. On vous dit que de l’eau sera bientôt versée dans la pièce et que ceux qui ne savent pas nager se noieront. Vous disposez d’un temps limité et de $20 000 dollars pour déterminer qui ne sait pas nager et comment prévenir leur mort imminente. Quelle est votre meilleure stratégie ?

 

Option no1 : La façon dont nous faisons les choses maintenant

Connaissant parfaitement le fonctionnement de notre système actuel de filet de sécurité, vous décidez d’interroger chacune des personnes présentes. Pour ce faire, vous engagez 100 enquêteurs et les payez chacun $50, soit un quart de votre budget, ce qui vous laisse $15 000. Chaque examinateur est responsable de 10 personnes.

 

On demande à chacun s’il sait nager. Ceux qui disent ne pas savoir nager reçoivent des leçons de natation à l’aide de lunettes de réalité virtuelle fournies par Oculus et une dépense supplémentaire de $3 500 pour 10 casques DK2, ce qui vous laisse $11 500. Certaines personnes pensent qu’elles pourront nager grâce à ces leçons, mais d’autres s’inquiètent de ne pas pouvoir continuer à nager. Ces personnes demandent des gilets de sauvetage.

 

Donnez à un homme un gilet de sauvetage, et il ne pourra pas se noyer pendant un jour. Apprenez à un homme à nager, et il ne pourra pas se noyer pendant toute sa vie—c’est votre réponse.

 

C’est logique, non?

 

Tout le monde peut et doit être obligé d’apprendre à nager, n’est-ce pas ?

 

Pendant ce temps, l’une des personnes présentes dans la salle demande $5 000 pour acheter un Jetpack Aquaflyer. Il a déjà bien assez pour en acheter un lui-même. Or il vous demande de partager les coûts. Il n’est pas n’importe qui quand même. Il promet que si vous lui verse la moitié du montant, il l’utilisera pour montrer aux gens à quel point les jetpacks sont géniaux. Les gens vont en vouloir un, dit-il, assez pour en construire un eux-mêmes. Bonne idée, alors vous lui donnez l’argent.

 

Une autre personne dans la salle aurait entendu dire que des terroristes de Mars cherchent à faire sauter la salle. Il faut donc dépenser $5 000 pour que la salle soit à l’épreuve des terroristes martiens. Vous faites remarquer que la pièce va se remplir d’eau, ce qui va très certainement tuer plus de gens que les terroristes martiens n’en ont jamais tués. Il vous convainc que le danger est réel et que vous devez avoir une pièce solide si vous voulez garantir la liberté de ceux qui s’y trouvent.

 

Il vous reste maintenant $1 500 dollars. L’eau commence à remplir la pièce. C’est la panique. Certaines personnes vont certainement mourir, mais vous n’avez aucune idée de qui. On a appris aux gens à nager virtuellement, mais vous ne savez pas vraiment si cela va marcher. Vous ne savez pas qui a menti et qui a dit la vérité. Vous ne savez pas qui pense vraiment savoir nager, mais qui ne sait pas vraiment.

 

Dans une dernière tentative pour sauver des vies, vous achetez 70 gilets de sauvetage à $20 pour $1 400 et vous les donnez à vos interlocuteurs pour qu’ils ne les distribuent qu’à ceux qui, selon eux, ne savent absolument pas nager et qui promettent de continuer leur formation d’Oculus et de construire leurs propres bateaux à partir de rien.

 

Avec les $100 restants vous achetez pistolet.

 

Résultat final no1: 100 personnes se noient. Des centaines d’autres aspirent de l’eau dans les poumons et développent une pneumonie. 50 personnes qui portent un gilet de sauvetage sont tuées pour le leur enlever, et des centaines d’autres se font battre et ensanglanter dans une frénésie de panique et de rage. Le type au jetpack est empalé par une fourche, et celui qui avait peur des Martiens se tient fièrement la tête haute en véritable défenseur de la liberté, flottant dans une salle pleine de cadavres.

 

Option no2 : Le revenu de base inconditionnel

Vous utilisez vos 20 000 dollars pour acheter 1 000 gilets de sauvetage qui tombent du plafond.

 

Tout le monde en saisit un...

 

Et le tour est joué.

 

Félicitations. Vous n’avez pas eu besoin d’engager de personnel supplémentaire et tout le monde est maintenant protégé, qu’il sache nager ou non.

 

Lorsque la pièce commence à se remplir d’eau, il devient évident que certaines personnes ont besoin d’une aide supplémentaire. Certains ont du mal à mettre leur gilet, mais ceux qui sont à côté d’eux les aident. Certains semblent trop lourds pour être soutenus par un seul gilet, alors ces excellents nageurs qui n’ont pas besoin de gilet leur donnent le leur.

 

Il devient évident que dans une pièce remplie d’eau et d’un millier de personnes qui ont toutes un gilet de sauvetage, il est vraiment facile de déterminer qui a besoin d’une aide supplémentaire et qui n’en a pas besoin, et les autres les aident en fait tous seuls. On dirait que les personnes assurées de leur propre sécurité sont plus disposées à aider les autres.

 

Des rires éclatent. Au départ, les gens craignaient que les autres choisissent de ne pas mettre leur gilet de sauvetage même lorsqu’on leur en donnait un, c’est-à-dire qu’ils l’échangent contre de la cocaïne. Quelle bêtise se disent-ils en riant de penser que les gens ne veulent pas continuer de vivre!

 

C’est drôle: on n’a jamais pensé tout simplement fournir des gilets de sauvetage à tout le monde.

 

Résultat final no2: Personne ne meurt. Quelques-uns ont de l’eau dans les poumons, quelques-uns seulement. Aucun ne se fait battre ou poignarder avec une fourche. En plus d’être bien vivants, les gens sont aussi plus heureux. Certains sont particulièrement créatifs et réutilisent des gilets de sauvetage inutilisés pour construire ensemble un radeau. D’autres commencent à se divertir avec des histoires, des blagues, des énigmes et des poèmes.

 

Maintenant, quel scénario préférez-vous?

 

Est-ce que ça vaut la peine de consacrer beaucoup de temps et de ressources pour s’assurer que seuls ceux qui ont absolument besoin d’aide en bénéficient ? Ou est-il plus judicieux de garantir que tout le monde reçoive de l’aide et de faire des ajustements après coup?

 

Qu’est-ce qui est le plus efficace ? Tous les intervieweurs, le matériel d’interview, les calculs, les jugements personnels et les ressources dépensées pour de l’équipement redondant? Ou est-il plus efficace de simplement se passer de tout cela, et de couvrir tout le monde, sans poser de questions?

 

Si vous étiez dans cette salle et qu’elle se remplissait d’eau, quel genre d’aide souhaiteriez-vous ?

 

Si vous étiez dans cette pièce et que vous receviez un gilet de sauvetage comme tout le monde, que feriez-vous ?

 

Le revenu de base inconditionnel constitue une réponse, mais c’est aussi une série de questions. “Qu’est-ce que chacun d’entre nous ferait avec son revenu de base?” C’est une question que nous devons tous nous poser.

Traduit de l'original anglais par Pierre Madden

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© 2017 par Pierre Madden cell: 514 238-0044